A A A
La Flore

La Flore

La Flore à Saint-Guilhem-Le-Désert


La flore des garrigues Montpelliéraines intéresse depuis plusieurs millénaires l'humanité.


La densité végétale rencontrée à St Guilhem se décline en une variété intense en terme floristique.


Ce privilège que l'on doit à la Nature fait de St Guilhem et ses environs, un terrain idéal pour découvrir les plantes méditérannéennes avec leurs propriétés secrètes spécifiques.


Les raisons de cette biodiversité exceptionnelle sont les conséquences interactives de plusieurs critères liés aux biotopes fondamentaux des végétaux :

  • le climat méditérannéen : sec, chaud et parfois humide. Le voyage incessant des masses d'airs d'Ouest en Est génère des déportations de graines de zones d'influences altantique très prononcées.
    On peut affirmer que la trace générique de la trame végétale provient de l'influence tendantielle Altantique concernant la végétation basique des monts-de Saint-Guilhem.

  • Les monts de St Guilhem figurent comme un escalier géographique entre la partie altière de Grands Causses, et l'étage inférieur en terme d'altitude avec les garrigues de la zone Astienne du pourtour méditerannéen, voire au-delà.

  • Le spectre très large des altitudes et des ensoleillements favorise les pousses et les variétes en fonctions des spots "géo" qui découle des situations d'ubacs ou d'adret très marqué dans ce type relief.

  • le facteur des températures induit sur la végétation des variations très typées qui se conjuguent avec l'altitude, les zones ventées ou gelées l'hiver et soumises aux canicules estivales.

  • La pluviométrie très versatile donc irrégulière qui soumet les végétaux dans des conditions que l'on retrouve dans les contrées hostiles.

  • Enfin, et peut-être le plus important, la nature pédologique des sols à dominante karstique où s'allient dans une nébuleuse complexe des calcaires blancs, des dolomies complexes, des sables dolomitiques issues de l'érosion éolienne et chimiques, des argiles de décalcification des calcaires et leurs intermédiaires. La roche- mère très fracturée par les lignes franches de multitudes de micros-drains d'anastamosées abritent des niches de matérieux nutritifs très aléatoires qui conditionnent le biotope des espèces. La présence de telles ou telles espèces végétale s'improvise alors au travers de lectures de paysage comme le révelateur du type de sol pour la croissance d'une variété bien définie.
    Dans ce paysage s'inscrit la présence très discrète de l'homme agreste, qui au fil des siècles a su imposer la culture de l'olivier, une bien belle opération d'apprivoisement de la Nature végétale que l'on peut voir encore comme un privilège à Saint-Guilhem. Dans ce cas, l'homme a construit son sol en l'apportant, le modifiant et en le fertilisant pour sa culture oléicole.


HUBERT BORG (© - tous droits réservés)


La Forêt à Saint-Guilhem-Le-Désert
En savoir plus... Nouveau


La Flore - Le Buis
En savoir plus...


La Flore - La Bruyère Multiflore
En savoir plus...


La Flore - L'Arbousier
En savoir plus...